Kupka, Pionnier de l’abstraction

Kupka

Derniers jours pour l’exposition “Kupka, Pionnier de l’abstraction” au Grand Palais à Paris qui retrace le cheminement artistique du peintre tchèque. D’abord inspiré par l’impressionnisme et le symbolisme, Kupka se tourne vers l’abstraction et le travail de la forme et de la couleur. Une exposition enrichissante qui se termine le 30 juillet.

 

Pourquoi un peintre arrive-t-il à ne plus chercher à représenter quelque chose par sa peinture ? Comment se tourne-t-il vers l’abstraction ? Que visent alors ses tableaux ? Le parcours proposé par le Grand Palais permet de se faire une idée sur ces interrogations. À travers l’œuvre de Kupka, l’exposition nous donne des clefs de réponse à ces questions classiques que l’on peut se poser devant un tableau composé d’un enchevêtrement de formes et de couleurs.

 

Une multitude d’inspirations

L’exposition retrace le cheminement artistique de František Kupka (1871 – 1957), un peintre tchèque passé successivement par les Beaux-arts de Vienne et de Prague. Des inspirations de différents mouvements artistiques se font ainsi sentir dans les œuvres de Kupka : impressionnisme, symbolisme, etc. Il va également s’essayer à de nombreuses techniques comme la gouache, l’aquarelle, l’aquateinte ou encore l’huile.

 

Kupka
Inspiration impressionniste.
Kupka
Anthropoïdes, František Kupka, 1902. Le peintre s’essaie ici au symbolisme, la peinture comme représentation d’une idée. Les deux singes représentent deux hommes se battant pour conquérir la femme, à droite. Ce tableau met en évidence le comportement animal de l’homme.
Kupka
Extraits de la série des “Gigolettes”. Membres disproportionnés, portraits de profil, … la représentation de ces prostituées est inspirée de la tradition picturale égyptienne.

 

L’apparition de l’art abstrait au XXème siècle

L’art figuratif est défié au début du XXème siècle par le développement de la photographie. La peinture n’est alors plus la seule façon de représenter ce que l’on voit. Kupka va ainsi s’interroger sur la pertinence d’emprunter à la Nature pour peindre et commencer à s’éloigner de la figuration.

Courbes, lignes, espaces, mouvements, couleurs, spectres vont devenir le centre du travail de Kupka. La peinture se détourne du sujet pour n’exister que pour elle-même.

Kupka
Disques de Newton, 1912, Kupka. Les couleurs de ce tableau me font penser à l’œuvre “Sea = Dancer”, réalisée en 1913 par Gino Severini, un autre penseur de l’abstraction.

Kupka

Kupka

L’exposition est assez longue (prévoir deux bonnes heures) et se tient au Grand Palais à Paris jusqu’au 30 juillet. Une exposition riche et colorée qui permet de comprendre l’origine de l’abstraction !

Kupka

 

“Kupka, Pionner de l’abstraction”

Au Grand Palais à Paris

Jusqu’au 30 juillet

Etudiante lilloise, je partage ici mes coups de cœur culturels.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *